Être une femme

"En quoi être une femme a impacté mon parcours de vie"

20 témoignages de femmes, conduits et retranscrits par Virginie Bourdeau

"Notre parole est libre, libérez votre écoute"

Je vous partage la création de mon livre

. genèse .

pexels-karolina-grabowska-4046713_edited

Texte écrit le mercredi 11 décembre 2019

Mon livre sera constitué de témoignages (identifiés ou anonymes) que je vais guider et recueillir puis mettre en forme.

Mon intention est de recueillir la parole des femmes sur le fait d'être une femme et en quoi cela a impacté leur parcours de vie. De libérer à la fois la parole des femmes et l'écoute qui peut en être faite en la rendant visible. 

 

Mon élan de coeur et d'âme est de contribuer à nourrir le monde, à en élever la conscience. Je ressens aujourd'hui un élan très fort par rapport au Féminin et à son déploiement. 

 

Je sens qu'il est temps pour moi d'agir dans un devoir de responsabilité en résonance avec mon histoire et la femme que je suis aujourd'hui, en utilisant les compétences qui sont les miennes d'écoute, d'accompagnement, d'écriture et de parole. 

Texte écrit le jeudi 14 janvier 2021

Depuis toujours j'écris. Des poésies, des textes, mes journaux intimes. Des petites histoires ou débuts de romans. J'ai écris aussi professionnellement, des articles, des communiqués de presse, du contenu web, des accroches publicitaires, des compte-rendus de réunion, des projets, des courriers par centaines ! 

J'écris aussi à mes clients, de cette écriture qui questionne et amène à se questionner, comme je m'écris à moi-même pour m'aider à mieux me connaître, me comprendre, me libérer, déposer mes mots et mes maux. 

 

J'écris. Et je partage. 

 

Je dépose ici ou là certains de mes écrits lorsque je ressens l'élan du partage, autant pour moi que pour les personnes qui me lisent. Parole qui touche, mots qui inspirent, ce sont les retours qui me sont faits. 

 

Et c'est dans un de ces élans que m'est venu l'idée de ce livre.

 

En 2019, j'ai vécu un parcours de "Transmission de Femme à Femme" avec Alice Debernard. J'avais rencontré Alice lors d'une journée organisée par Céline Boura et l'évidence s'était faite que j'avais quelque chose à aller rencontrer de moi à travers elle. Avec elle j’ai posé mon intention « Connecter ma puissance féminine et l’harmoniser avec le masculin ».  

In & Out. 

Je suis chemin de vie 2 en numérologie, l’archétype de la mère, la féminité au sens large (soeur, fille, mère), les émotions, la mise au monde de créatures. 

Je suis arrivée le vendredi 5 avril 2019 à mon premier rendez-vous avec Alice avec ce carnet qui symbolisait "Un objet pour représenter la Femme que tu souhaites mettre à jour (au grand jour) d'ici 9 mois". Il m'avait été offert quelques semaines plus tôt par un homme qui a traversé ma vie le temps d'une soirée chez une amie commune, artiste sensible, il avait du sentir que ce carnet m'était destiné.

Sur la couverture, là, sous mes yeux :

 

Draw, write, design everything you love.

 

Pendant des mois sous mes yeux, ces mots ont fait leur oeuvre.

506D5D26-A39E-43F6-AAAF-95F01B8C140B.jpe

Jeudi 28 novembre 2019, presque 9 mois plus tard, lors d'une des "Rencontres" que j'organisais à cette période entre plusieurs femmes ayant des métiers d'accompagnement, je les ai questionnées sur ce que cela leur faisait d'être une femme et en quoi cela avait et continuait d'impacter leur vie. Ce qui s'est passé à ce moment-là a été particulièrement fort, émouvant, puissant, intime. Et c'est là que l'évidence du livre s'est faite. 

 

Je leur ai expliqué ce qui m'amenait à me questionner et à les questionner sur le sujet. Quelques jours plus tôt j'avais regardé le reportage fait par Médiapart sur l'histoire d'Adèle Haenel, suite à une conversation avec Alice. 

Ce reportage m'a particulièrement touchée et en particulier cette explication faite par la journaliste, Marine Turchi, au sujet de la parole des femmes. Elle explique que ce n'est pas la parole des femmes qu'il convient de libérer, car les femmes parlent depuis longtemps, depuis toujours. Ce qu'il convient de libérer, dans une réelle conscience d'obligation, c'est l'écoute de cette parole. 

J'ai senti la résonance, l'impact se faire à l'intérieur de moi. 

La résonance s'est faite également à un autre niveau, dans l'histoire d'Adèle Haenel. Mon histoire est différente, chaque histoire est différente. Il y a des échos. Et puis ce qui m'a connecté aussi c'est la position d’Adèle Haenel dans ce reportage. Cette dignité, cette détermination, cette nécessité à être entendue, prise en compte, vue et entendue. Par les femmes et par les hommes. Pour les femmes et pour les hommes. 

 

Les pièces du puzzle se sont alors assemblées et dans mes notes de réunion, ce jeudi 28 novembre 2019, j'ai écrits : Livre - C'est quoi être une femme ? Je ne savais pas du tout où j'allais, dans quoi je m'engageais, comment j'allais m'y prendre.

 

 

Je savais juste que j'y allais. 

 

Ensuite j'ai posé des mots, les idées qui me venaient, un début de structure. J'étais mue par cet élan, ce puissant ressenti d'avoir quelque chose à faire d'important.

Spontanément un certain nombre de femmes me sont venues à l'esprit pour être les premières à apporter leur voix. Je leur en ai parlé, elles ont dit oui (sauf une pour qui ce n’était pas le moment) et j'ai fixé les dates des premières rencontres.

 

J'ai commencé à en parler autour de moi. Cela m’est venu spontanément comme si ce livre était déjà bien plus que mon livre. Il ne m'appartenait déjà plus. L'idée a été merveilleusement accueillie, a généré des idées en retour. J'ai vu l'impact avant même qu'une seule ligne ne soit écrite. 

J’ai aussi matérialisé mon livre en tant qu’objet en créant (sur une proposition d’Alice) une maquette de la couverture afin de lui donner vie dans la matière, pouvoir le voir, le toucher, le rendre réel.

0D2D119A-338E-4208-B923-A2B9394CA568_edi

Mardi 14 janvier 2020, c'est la rencontre avec la première femme venue déposer sa parole entre mes mains. C’est quelque chose une première fois. "Hasard" du calendrier, pas fait exprès, cette femme est un des éléments déclencheur de mon envie d’écrire ce livre. Ses mots m’ont aidé à prendre conscience que nous avions toutes quelque chose à dire à propos de notre vécu de femme -Toutes - et que j’avais mon rôle à jouer dans la libération de l’écoute de cette parole.

 

Mardi 18 février - Jeudi 5 mars 2020 : Cuba. 

 

 

Un voyage qui m'a profondément impactée et fait voyager loin, aussi bien en nombre de kilomètres qu'en connexion intérieure et énergétique avec une dimension qu'il met encore aujourd'hui bien difficile à mettre en mots. A mon retour, je n'arrivais pas à comprendre ce qu'il était en train de se passer en France et dans le Monde et le confinement s'est abattu sur moi de façon totalement inattendue. Un des effets de cette période est de m'avoir coupée de ma créativité et de l'écriture. Moi qui écris tout le temps, j'ai très peu écrit pendant ces quelques mois. 

 

Au mois de mai 2020, le déconfinement arrivant j'ai ressenti à nouveau l'élan vers mon livre en me reconnectant aux femmes qui m'avaient confié leur témoignages. 

J'avais à nouveau l'envie mais je me sentais un peu perdue sur le comment m'y prendre. J'ai donc fait appel à Morgane Sifantus pour une séance dédiée à mon projet pendant laquelle elle m'a apporté toute son expertise et j'ai aussi suivi sa conférence Colibris dans laquelle elle nous a partagé son expérience d'Autrice, de l'idée du livre jusqu'à sa vente. 

 

J'étais me semblait-il parée pour m'y remettre et je voyais encore possible une parution pour la fin d'année 2020.

 

 

Et bien non.

 

J'avais bien senti que ce projet était une aventure. Je n'avais pas vu à quel point cette aventure était également une aventure intérieure qui allait venir me confronter à moi-même sur bien des plans. Et comme j'ai appris à lâcher prise et à faire les choses en fonction de ce que je ressens et non par obligation et bien j'ai lâché (cela ne s'est bien sur pas fait aussi facilement qu'il l'est pour moi de l’écrire !) en sachant que l’élan pouvait ne pas revenir et que mon livre ne verrait peut-être jamais le jour.

 

Cela n'a pas été du tout agréable à vivre. Je culpabilisais vis-à-vis des femmes que j'avais déjà rencontrées. Je me sentais tenue. Je m'étais engagée envers elle et quand je m’engage, ce n’est jamais à la légère … Et puis j'ai lâché ça aussi car j'ai pris conscience que c'était au final une obligation que je me mettais moi-même sur le dos (elles, en fait n'étaient pas inquiètes !) qui me coupait de l'élan véritable. 

Et j'ai laissé faire le temps. 

Et puis Lundi 11 Janvier 2021 j'ai pris un bain ... et j'ai eu des idées, et puis j'en ai revisité de précédentes, et ces idées, même si toutes ne voient pas le jour, m'ont reconnectées avec l'élan.

La pleine lune du 13 janvier faisait son effet et le 14 j’ai écris ce message aux destinataires de ma newsletter. Mon livre venait de changer de titre et se parait d’une nouvelle enveloppe digitale pour accueillir sa mise au monde. 

Et ensuite ? 

Direction artistique & Webdesign : Virginie Bourdeau
©2021 Virginie Bourdeau - Tous droits réservés